Au fil du Doubs

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

st1\:*{behavior:url(#ieooui) }

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Tableau Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Le Doubs est encore bien haut et froid en ce vendredi saint
et je me suis longtemps demandé si j’allais aller le pêcher ou privilégier la
Loue. Dans les deux cas ces deux rivières,
alimentées par la fonte de la neige abondante en montagne, restent bien froides
pour la saison.

Après consultation des niveaux, ce sera finalement le Doubs
frontière, arrivé sur place vers 11h00, il fait déjà 20°C, les éclosions sont
abondantes malgré la fraîcheur de l’eau, les plécoptères et les petites
éphémères grises à corps jaune endémiques du secteur sortent en abondance.

 

 

 

 

 

 

Je pêcherai en alternant nymphe au fil et sêche sur les
gobages et les prises furent très abondantes, la JMC de 11 pieds est un vrai bonheur sur ce genre de parcours rapide, made in France en plus ce qui est plutôt rare de nos jours. Les nymphes casquées en tungsten sont bien prises par les poissons et la longue canne permet la bonne maitrise de la dérive ;).

 

 

 

 

Environ une quinzaine de poissons
sur l’après midi, plusieurs de 35
cm, dont un obus 45 + touché au fil et décroché dans les
courants :(. Aucun ombre vu ou touchés sur ce secteur où ils sont pourtant
présents, preuve qu’ils sont déjà sur les frayères où ils restent invisibles du
fait des niveaux d’eau élevés.

 

Une belle sauvage du Doubs :

 

 

 

Une hybride, reconnaissable à ses points rouges et à sa tache bleue derrière l’oeil, il y en a beaucoup sur ce secteur, je pense que 80% de la population est hybridée… des alevinages massifs en truites soit disant de souche on largement pollué l’espèce autochtone, et même si les poissons hybridés sont magnifiques et zébrés, il ne s’agit pas de la souche originelle…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plécos du début de saison :

 

 

 

Seul bémol, un pêcheur Helvète en face qui m’a tiré la
bourre en remontant la rivière en même temps que moi en trustant les spots en
avance sur la seconde partie de l’après midi… Sur des secteurs étroits comme
celui là, il faut mieux en effet passer le premier.

 

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

st1\:*{behavior:url(#ieooui) }

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Tableau Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

 

En bref, une belle après midi au soleil avec des poissons
compréhensifs et mes premières vraies retrouvailles avec le Doubs cette
année…

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *